supercellules 08 juin 2014

 Une journée à supercellules...


En ce dimanche 08 juin 2014, le soleil réchauffe rapidement l'atmosphère et le thermomètre ne tarde pas à avoisiner les 30°C sous abris...Les modèles météorologiques augmentent considérablement le risque d'orages potentiellement forts pour la soirée et nuit prochaine, notamment du centre jusqu'à la Champagne en passant par L'est Picardie. Je décide de me positionner dans l'Aisne au Sud-Ouest de Soissons...je suis alors en compagnie de Nicolas Gauthier, Julien Avalet et sa compagne Virginie Hardy, David Bellier et Guillaume Hobam (Lorrain)


 20h00 : Le ciel est bien instable dans le secteur de Vézaponin (02) avec la présence de nombreux altocumulus comblant petit à petit l'horizon.


 21h00 : Une probable supercellule au radar se dirige sur l'Ile-de-France, je prend alors position dans le secteur de Chaudun non loin de Soissons. Quelques monocellulaires composés surtout de virgas se multiplient juste au dessus de ma tête. De temps à autres, de grosses gouttes convectives se mêlent aux chants des oiseaux...


22h00 : En se rapprochant je me rend compte qu'il s'agit bien d'une supercellule, le mésocyclone commence à être bien visible sur la gauche. On aperçoit, sous ce méso, la brêve formation d'un tuba qui se coude légèrement pendant quelques secondes puis se dissipe totalement au bout de 2 minutes. Dommage la tornade n'était pas loin.


 La supercellule, tout en se rapprochant de ma position, reprend vigueur et se structure davantage. La zone de friction (limite entre le mésocyclone et le reste de l'orage, la où les courants ascendants et descendants se côtoient) laisse échapper de temps à autre des inter-nuageux.


 22h15 : La supercellule se rapproche doucement tout en tournoyant sur elle même à une vitesse bien visible à l’œil nu et l'électricité est de plus en plus présente.


Le soleil ne va plus tarder à se coucher derrière ce monstre si imposant maintenant.


L'orage progresse doucement vers moi et l'ambiance me fait frissonner. C'est la structure la plus impressionnante qui se présente devant moi depuis que je chasse les orages. Chaque seconde est intense et le moment mérite amplement d'être savourer comme il se doit ! Un de mes coups de cœur de cette soirée inoubliable...


21h45 :  Oui, difficile à croire mais je suis bien en Picardie, je vous le garantie !
 

 La nuit tombe et la supercellule est maintenant juste devant moi, peut-être 3km à vol d'oiseau tout au plus. Le rideau de grêle sous le mésocyclone est impressionnant et me signale que je ne dois pas rester la beaucoup plus longtemps...


Un dernier plan sur le méso et son nuage mur puis je décide de me décaler plus au Sud pour laisser passer le plus gros de la grêle.


22h45 : A l'arrière, l'ambiance est tout aussi sympa avec de jolies couleurs à la clé.


23h15 : La cellule s'éloigne et les impacts décident enfin de se montrer de façon plus généreuse. Il fait presque nuit et les intra-nuageux illuminent sans cesse l’intérieur de la structure.


Une véritable centrale électrique naturelle, quel spectacle grandiose !


Une fois l'orage bien plus éloigné, je peux apprécier de nouveau le ciel étoilé au dessus de ma tête. Chaque instant est vraiment magique !


 00h10 : A peine le temps de se remettre de toutes ces émotions, qu'une nouvelle supercellule se rapproche du département...De plus, cette dernière prend le même couloir que la précédente, du jamais vu ! On voit bien, sur ce cliché, la puissante colonne d'alimentation qui se découpe avec le ciel étoilé. Et pour les plus attentifs, on voit également une autre enclume dans le fond à gauche correspondant à.....une autre supercellule ! Et oui comme le dicton l'affirme, jamais deux sans trois !


00h30 :  La deuxième supercellule poursuit son chemin et arrive aux porte de l'Aisne. A noté que celle-ci vient d'effectuer un split (division de la supercellule en moteur droit et moteur gauche) en quittant la région Parisienne. Ici donc le moteur droit.


Très peu de foudre mais l'ambiance nocturne au clair de lune est tout de même très agréable.


1h45 : Arrivée de la troisième supercellule très reconnaissable ici à sa jupe rasant le sol et aux bandes d'affluences aspiré par le mésocyclone assurant ainsi sa constante alimentation.


 Peu à peu l'orage se déstructure, même si une base est encore bien présente.


 La foudre refait une brève apparition avant le déclin définitif de la cellule quelques kilomètres plus loin...


       Une journée forte en images, en sons et en émotions vient de s'achever. Malgré la fatigue bien présente, difficile de trouver le sommeil tant ma tête est remplie d'instants magiques et inédits. A noté que lors du passage de la deuxième supercellule, toute l'équipe et moi même avons vu une colonne en rotation à l'horizon. Tous étions persuadés d'avoir vu une tornade, malgré cela et une enquête effectué le lendemain en plein jour, rien a pu confirmer à 100% l'existence de celle-ci...

Pour voir le récit de ma chasse du 09 juin c'est ici : Orages 09 Juin 2014