orages 12 et 13 Août 2015

Orages normands aux bases élevées, puis retour chez les Picards...

Accompagné de mon ami Anthony Collot, nous partons en direction de la Normandie pour une soirée qui s'annonce très orageuse sur les plaines de Caen... 


Arrivé sur les lieux en soirée, la nuit tombe déjà. Tout excité à l'idée de renouer 
avec la foudre, je trépigne d'impatience et parcours les cents pas autour du véhicule,
 tantôt en regardant le ciel et l'horizon, tantôt en scrutant la situation sur les radars numériques....
Un premier foyer orageux éclate à une bonne quinzaine de kilomètres plus à l'Ouest au dessus d'une zone très boisée. 
Je décide donc, avec mon compère de chasse, d'admirer le spectacle d'un peu plus loin...


L'atmosphère est brumeuse en basses couches et les bases élevées de ces orages permettent 
à la foudre d'être particulièrement bien ramifiée.


Ce cliché n'a rien d'exceptionnel mais donne une échelle
 de grandeur entre le foudre se trouvant à une quinzaine de kilomètres et l'éolienne à 400m.
 L'orage s'éloigne maintenant et laisse place de nouveau au calme. 


Surprise ! Cette fois-ci l'orage éclate à environ 1km plus au nord de notre position.
 La convection s'est développée juste au dessus de nous pour arriver 
au stade d'orage quelques instants plus tard.  


La base de cet orage est tout aussi élevée et les coups de foudre s’enchaînent !


La forêt devant nous se fait littéralement mitrailler 


L'orage est à son apogée, un quintuple impact de foudre vient déchirer le ciel !


Le même instantané, pris au 14mm et mis en noir et blanc


Et le même en couleur, toujours dans cette ambiance brumeuse....


L'orage s'éloigne maintenant...mais est toujours aussi électrique


Je ne me lasse pas de ces belles ramifications !


Un dernier double impact pour la route avant de se reposer dans la voiture quelques petites heures. Juste avant de remballer pour se reposer, un autre chasseur d'orage posté un peu plus loin,
 Laurent Bonhomme, nous rejoint pour partager ces derniers instants magiques vécus....
 Au lever du jour, après avoir décollé ses yeux et après s'être remit des émotions de la veille, 
nous prenons la route en direction de l'Aisne pour une nouvelle offensive orageuse. 
Cette dégradation s'annonce plus virulente que la veille et cette fois en pleine après-midi...
Vous voulez un aperçu du lendemain ?
 Et bien la seule photo qui suit peut suffire pour vous donner une idée de ce que nous avons vécu ! 



Nous sommes dans le Nord de l'Aisne, dans le secteur de Saint-Quentin. Voici une capture vidéo,
 prise à l'approche de la ligne orageuse. Rafales de vent dantesques, nuages de poussières énormes.
 Les conditions sont impossibles pour photographier la foudre qui ne dédaigne même pas sortir du mur d'eau qui fonce sur nous.
 Les rafales sont tellement puissantes qu'un de mes rétroviseur est soufflé !
 Et Anthony qui me lance sur le ton de la plaisanterie : "Hey Nilsou, accroche toi à ton appareil
 photo, ça souffle un peu dehors !!", sans rire, j'avais pas remarqué !


Les conditions étant trop délicates où nous sommes, nous décidons de bifurquer vers le sud
 du département après avoir bien respiré la poussière jusqu'au fond du gosier...
Arrivé dans le secteur de Ham, un nouvel orage avec une base bien menaçante attire mon attention.
 Il se trouve alors sur l'agglomération Soissonaise. Le temps de trouver un joli point de vue pour
 savourer pleinement son approche et l'orage se déstructure avant même de nous atteindre...
Seul un violent coup de tonnerre viendra chatouiller nos tympans une petite demi-heure plus tard. 


C'est sur le chemin du retour que je constate alors les dégâts du dernier orage que l'on traquait.
 A quelques kilomètres seulement de Soissons, une rangée d'arbres arrachés me stoppe dans mon
 élan...Je décide alors de ratisser le secteur à la recherche d'indices pour qualifier le type de
 phénomène qui s'est produit. 



L'étroit couloir de vent peut laisser supposer qu'il s'agit d'une tornade.
 Mais les débris jonchant le sol sont plutôt disposés de façons linéaire.  


Plusieurs pylônes électriques sont même décapités



Quelques kilomètres plus au nord le couloir de vent semble s'élargir
 sur une bonne cinquantaine de mètres.


Les arbres sont totalement arrachés comme on déchirerait un vulgaire morceau de papier.
 Tout converge vers un phénomène de micro-rafale descendante.


Plus en Amont encore, le petit village de Tartiers (02) en a fait les frais comme en témoigne
 ce hangar et également plusieurs habitations où les toits sont recouverts de bâches.

Ma passion pour les orages fait palpiter mon cœur à chaque traque aux orages mais est aussi là pour me rappeler à quel point nous ne sommes pas grand chose face à la force de la nature.